Get Adobe Flash player

Le troisième permis de construire du futur casino de Saint-Trojan-les-Bains, (Charente-Maritime), a été validé début janvier, a indiqué,Pascal Massicot, maire de cette commune située sur l'Île d'Oléron. Alors que le tribunal administratif vient d'annuler la modification numéro 4 du Plan d'occupation des sols, le maire a précisé que cela ne nuisait pas au projet. Après deux annulations successives du permis de construire obtenues par la Société de protection des paysages de l'Île d'Oléron, l'Hôtellerie des Cleunes et un couple de voisins, les opposants ont une possibilité de recours de deux mois. Mais le maire s'est déclaré confiant et espère bien cette fois voir le dossier aboutir.

"Ce permis de construire tient compte des remarques qui avaient conduit à l'annulation des deux premiers", a souligné Pascal Massicot. "Il prend en compte le POS. Le nombre de places de la salle polyvalente et cinéma, qui posait problème, a été revu à la baisse: 250 personnes pourront finalement être accueillies. Le nombre de places de parking a aussi été modifié. La municipalité est confiante."

En février 2006, le groupe Emeraude signalait que le casino de Saint-Trojan ouvrirait ses portes 18 mois plus tard. Cela correspondait au délai prévu pour achever la construction du bâtiment au centre-ville, entamée puis abandonnée par un précédent délégataire. Mais, en mai 2007, le tribunal administratif annulait le permis de construire.

La décision était si prévisible que dès le 21 septembre 2006, la commune avait délivré un nouveau permis de construire, sans même attendre de connaître les motifs d'annulation retenus… En l'occurrence, l'ambitieux projet initial prévoyait sur 3.600 m2 un casino avec night-club, restaurant gastronomique, salle de spectacle et cinéma. Or la Commission départementale d'équipement cinématographique n'avait pas été saisie.

En outre, le plan d'alignement du futur établissement n'était pas conforme et au regard des 1.850 visiteurs quotidiens attendus en période d'affluence, le parking prévu de quelque 130 places était jugé insuffisant. Résultat: en juillet 2007, le tribunal administratif concluait à nouveau à l'annulation.

Suite au dépôt d'un troisième permis de construire, l'ouverture était repoussée à 2009. Le 16 décembre dernier, la Commission supérieure des jeux a prolongé l'autorisation de jeux de deux ans mais a refusé une extension du parc dont la primo-dotation est de cinquante machines à sous.

 

Laisser un commentaire